Au revoir, martyr du travail, tu ne nous manqueras pas

Le monde du barreau

 

 

 

Au revoir le martyr du travail, tu ne nous manqueras pas. 

 

Un vœu pieux pour les avocats ? Peut-être parce que le droit est un secteur où les martyrs du travail sont souvent à la fois célébrés par ceux qui bénéficient de leurs énormes heures facturables et raillés par leurs pairs. L’expérience géante du travail à domicile provoquée par la pandémie a prouvé que de nombreuses organisations peuvent fonctionner efficacement à distance. Pour un martyr du travail, cela peut être une nouvelle inquiétante et entraîner une augmentation notable des courriels de 2 heures du matin dans tout le service. Au fur et à mesure que les martyrs du travail perdront de leur importance, peut-être que le mythique « équilibre entre vie professionnelle et vie privée » commencera à émerger lorsque tout le monde réalisera que l’on peut travailler dur, avoir une vie et être un avocat efficace en même temps. Ou, d’un autre côté, peut-être que pour les avocats, tout cela n’est qu’une chimère et que les choses reviendront lentement à l’ancienne normalité comme cela a été le cas tant de fois auparavant. L’avenir nous le dira, et avec les suppressions d’emplois dans le secteur juridique, nous ne le saurons peut-être pas avant des années.

 

Des changements après le confinement

 

« Même avant que la pandémie ne contraigne nombre d’entre nous à une expérience inattendue de travail à domicile, le concept de martyr du travail – la personne qui se présente la première au bureau, est la dernière à en partir et place le travail au-dessus de tout – était devenu totalement désuet. Il nous ramène à une époque où la plupart des ménages n’avaient qu’un seul revenu et où la répartition des tâches entre hommes et femmes était plus strictement définie. Plus tôt cette année, il a été signalé que la part des femmes sur les listes de paie dépassait celle des hommes aux États-Unis. Selon les données des Nations unies, les jeunes travailleurs représentent désormais pratiquement la moitié de la main-d’œuvre et ce chiffre devrait bondir à 74,7 % au cours de la prochaine décennie. Cette évolution démographique, combinée à l’abandon de l’environnement de bureau traditionnel, devrait enfin mettre un terme à l’idée que le présentéisme est le contraire de l’absentéisme. Vous pouvez être absent de votre bureau, mais présent dans votre travail. »

 

Sommaire​
Posts récents
Vous avez une question ?

N’hésitez pas de nous contacter