logo-2
La porte du droit

Une proposition de loi à New York vise à interdire la vente de fourrure

 

 

 

La fourrure sur la Cinquième Avenue pourrait appartenir au passé dans un avenir pas si lointain. 

 

 

New York pourrait bientôt rejoindre les villes de San Francisco, Berkley, Los Angeles et West Hollywood en interdisant la vente de fourrure grâce à deux nouvelles initiatives. Selon le New York Post, le président du conseil municipal Corey Johnson a présenté cette semaine un projet de loi visant à interdire la vente de fourrure dans la ville de New York. Le projet de loi proposé par Johnson intervient quelques jours après que Linda Rosenthal, membre de l’Assemblée de New York, a annoncé une législation similaire – mais plus large – à l’Assemblée de l’État plus tôt ce mois-ci.

Le projet de loi de Mme Rosenthal, s’il est adopté, interdirait la fabrication de fourrure et rendrait également illégal “la vente, l’offre de vente, l’exposition à la vente, le commerce, le don, la donation ou toute autre distribution d’un produit de fourrure par quelque moyen que ce soit dans l’État”, avec des exceptions limitées à partir du 1er janvier 2021. La législation de Johnson vise à interdire “la vente de vêtements en fourrure” à l’échelle de la ville.

Le soutien politique croissant aux efforts anti-fourrure a été rejoint par des initiatives entreprises par des maisons de haute couture et des détaillants haut de gamme, qui ont juré de ne plus utiliser de fourrure avec une certaine fréquence. Les maisons de couture, dont Versace, Gucci, Jimmy Choo, Calvin Klein, Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Michael Kors, Giorgio Armani et Vivienne Westwood, ont pris leurs distances par rapport à l’utilisation de la fourrure dans leurs collections ces dernières saisons. Des détaillants, tels que Selfridges, FarFetch et Net-a-Porter, ont également emboîté le pas.

 

Le directeur créatif de Gucci, Alessandro Michele, par exemple, a très publiquement renoncé à la fourrure en 2017, affirmant que l’utilisation du textile n’est “pas moderne.” Donatella Versace a révélé au printemps dernier que sa marque allait prendre ses distances avec la fourrure, révélant : “Je ne veux pas tuer des animaux pour faire de la mode.” Et pas plus tard qu’à la fin de l’année dernière, Chanel a annoncé qu’elle cesserait d’utiliser la fourrure, dont l’usage était déjà limité.

Il y a certainement eu beaucoup moins de fourrure animale sur les podiums ces dernières saisons, beaucoup des marques et des designers susmentionnés ayant opté pour l’échange de versions fausses contre des vraies, ce qui a suscité un effort distinct – un effort consacré au manque pur et simple de durabilité associé aux fibres synthétiques créées par les combustibles fossiles que l’on trouve dans la fausse fourrure.

S’adressant à The Independent à la fin de l’année dernière, Mary Creagh, membre du Parlement du Royaume-Uni, a souligné plusieurs des principaux points mis en avant par les partis pro-fourrure, affirmant qu’en plus du fait que les “vêtements en fausse fourrure sont entièrement fabriqués à partir de fibres artificielles comme le polyester qui sont un sous-produit de l’industrie pétrolière”, les vêtements en fausse fourrure sont également “presque impossibles à recycler” et finissent souvent dans les décharges en raison de la culture de la mode rapide.

La députée Creagh est loin d’être la seule à exprimer les nuances de la lutte contre la fourrure. En plus de sentiments similaires provenant de personnalités de la mode et de chercheurs centrés sur la durabilité, les puissants lobbyistes pro-fourrure ont réussi à pénétrer dans le récit.

Mark Oaten, PDG de la Fédération internationale de la fourrure, par exemple, s’est inquiété de “la façon dont il est possible qu’un produit à base de produits chimiques, comme la fausse fourrure, soit plus durable qu’un produit à base naturelle.” Il note : “Certaines fausses fourrures disent qu’elles sont développées à partir de plastique recyclé et c’est formidable, cependant, cela reste du plastique.”

Facebook
Twitter
LinkedIn

Sommaire

Vous avez une question ?

N’hésitez pas de nous contacter